Mai 20010

05 mai :

 

 

Roy Carrier est mort dans la nuit du 4 mai des suites d’un cancer du poumon.

 

Né en 1947 il était la troisième génération d’une famille de musiciens comprenant les frères Carrière. Accordéoniste précoce il perdit l’index de sa main droite à l’adolescence, l’obligeant à développer un jeu totalement original au trois rangées. Dans les années 70 il trouva un emploi sur une plateforme pétrolière ce qui lui laissa du temps libre pour jouer durant les weekends. En 1981 il fonda son club, le Offshore Lounge à Lawtell, et permit à la nouvelle génération, Beau Jocque et Keith Frank notamment, de s’y produire sur scène,. A partir de 1987 il enregistra abondamment, d’abord sur le label Lanor du producteur Lee Lavergne, puis sur Right On Rhythm, une marque de Washington D.C. L’œuvre qu’il nous laisse est magistrale, sans déchets, avec des sommets comme Twist and Shout ou encore Nasty Girls, un cd enregistré en public.

 

A sa retraite l’accordéoniste s’était mis à sillonner abondamment les Etats-Unis. Il était aussi venu en deux fois en Europe. Une fois en Hollande en 1999, l’autre fois en France en 2004 à l’occasion du Festival de Saulieu. Je me souviendrai toujours de cette interview qu’il nous avait accordée. Commencée en anglais elle s’était terminée dans un mélange savoureux d’américain et de patois créole. Roy a eu trois enfants. Deux d’entre eux, Chubby et Dikki Du, sont musiciens et perpétuent l’héritage familial. Un de ses neveux, Dwight, dirige lui aussi son propre orchestre